Jacques Fouroux

Un documentaire de Maxime Boilon
écrit avec Nicolas Bergès

2011 – France – 73 minutes – BETA NUM

Ce portrait inédit retrace la vie de l’un des plus grands personnages du sport des années 1970-1990 : le seul à avoir marqué le rugby français en tant que joueur, entraîneur et dirigeant de club. Croisant matchs, interviews et coulisses, le film montre avec quelle verve et quel talent visionnaire ce meneur hors normes a tutoyé le plus haut niveau et préfiguré le rugby d’aujourd’hui. Au-delà du palmarès, il rend aussi hommage à l’homme, sa gouaille, sa faconde gasconne et son esprit bretteur.

2011. Eden Park d’Auckland. Le XV de France perd contre la Nouvelle-Zélande en finale de la septième Coupe du monde de rugby. Jacques Fouroux aurait fêté ses 64 ans et n’aurait manqué ce match pour rien au monde, lui qui fut l’emblématique joueur du Grand Chelem 1977, puis l’entraîneur de l’équipe de France lors de la première Coupe du monde. C’était en 1987, déjà en Nouvelle-Zélande. L’événement allait marquer pour le rugby le passage vers un nouveau monde, le professionnalisme.

Surnommé le « petit caporal » en raison de son allant à mener son équipe, de son caractère bien trempé et de sa petite taille, Jacques Fouroux s’est battu pour imposer son style et mettre en place un rugby « compréhensible par tous et spectaculaire tout le temps », d’Auch à Auch, en passant par Cognac, La Voulte, l’équipe de France, le XIII même. « Conquête », « puissance », « impacts », « défense », ses maîtres mots et son style n’ont pas manqué de l’exposer à la critique.

Raconter sa vie revient à cerner le destin tragique de ce Gascon visionnaire, tourmenté et querelleur, entouré d’une foison d’amis et d’encore plus d’ennemis. Décrié et blessé, il a fait front avec intelligence, se montrant magnifique et admirable, généreux et entier, à la manière d’un Cyrano de Bergerac : « Je sais bien qu’à la fin vous me mettrez à bas. N’importe : je me bats ! Je me bats ! Je me bats ! » Il cherchait sans fin le pouvoir et la gloire pour épancher une inextensible soif de reconnaissance. C’est pourtant oubliée de tous que cette figure charismatique a terminé ses jours, dans la solitude.


Ce film est disponible en DVD et VOD sur : www.filmsdocumentaires.com

Image : Alain Saurat
Montage : Nicolas Bergès – François Reboul

Coproduction : Real Productions, TLT Toulouse Télévisions
Avec la participation
d’Orange Sport et de ESPN Classic
Avec le soutien
du CNC, de la Région Midi-Pyrénées, du Conseil général du Gers, de la Ville d’Auch, de la PROCIREP – Société des Producteurs et de l’ANGOA

Article(s) de presse
« […] très beau film inédit […] Jacques y apparaît tout du long tel qu’en lui-même : goguenard, rieur, vindicatif. Le parcours est juste, incisif, qui va d’Auch à Auch, via Cognac, La Voulte […] l’équipe de France, les coulisses fédérales, les interviews télévisées, le XIII même et cette fin de vie tragique […]. Ce film, que je vous invite à regarder, est un petit morceau d’histoire. On s’y arrêterait à moins. »
Jacques Verdier, Midi Olympique, 6 février 2012
(télécharger le PDF).

Be Sociable, Share!

Sur le même sujet:

  • Aucun article sur le même sujet
Laisser une réponse

 

Contact

Real Productions
Siège social : 92, rue des Postes – 59000 Lille
Bureaux : 25, rue de Saint-Quentin – 75010 Paris
Téléphone : +33 (0)1 40 35 55 00
Fax : +33 (0)1 40 35 55 06
Nous écrire

Newsletter

Pour être informé de nos actualités.

Inscription
Désinscription